Les causes de la crise des subprimes

La crise des « subprimes » débuta en juillet 2007 et atteignit les grands pays occidentaux. Elle commença par toucher le secteur des prêts hypothécaires à risques aux États-Unis avant d'ébranler les autres grandes puissances par un processus de mécanisme économique.
La Federal Reserve Bank peut être accusé d'avoir provoqué la crise car entre 2003 et 2004, celle-ci pratiqua des taux directeurs très faibles puis les remonta rapidement. Cette baisse des taux d'intérêts incita à emprunter.
Cette politique de bas taux fut justifiée par la volonté de la Banque Centrale américaine (= Federal Reserve Bank) d'éviter une récession suite à l'éclatement de la Bulle Internet à partir de mars 2000 et aux attentats du World Trade Center de 11 septembre 2001. Alan Greenspan, président de la banque centrale américaine, a abaissé le taux directeur jusqu'à 1,75 % puis jusqu'à 1 % en juillet 2003, taux le plus bas depuis 1954. Mais la banque centrale américaine décida de remonter ce taux jusqu'à 5,25 % par Alan Greenspan puis par Ben Bernanke au milieu de l'année 2006. Ce taux directeur influe directement sur les taux d'intérêts.
taux.jpg
Mais de nombreux de facteurs sont à prendre en compte pour expliquer cette crise :
=> Un des premiers facteurs qui a contribué à cette crise mais surtout à l'augmentation des emprunts bancaires à taux variable est qu'aux Etats-Unis, les intérêts hypothécaires sont déductibles de l'impôt ce qui incite les ménages à s'endetter
=> Cette augmentation des emprunts bancaires à taux variable a été favorisée par le Department of Housing and Urban Development (HUD) qui a imposé aux établissements financiers de pouvoir prêter aux ménages moins fortunés par un crédit hypothécaire. Par exemple, en 2005, 52 % des hypothèques rachetées par Freddie Mac et Fannie Mae, deux firmes américaines, devaient provenir de ménages gagnant moins que le revenu moyen de leur région et 22 % devaient être accordés à des ménages gagnant moins de 60 % de ce revenu moyen.
=> Les banques pouvaient accepter de prêter jusqu'à 110% de la valeur du bien hypothéqué. Ce sont ces crédits hypothécaires que l'on appelle « subprime », c'est à dire supérieur à la valeur du bien hypothéqué.
A cause de ces transgressions des règles de prudence lorsque l'on distribue des crédits, l'ampleur de cette crise vient du fait de la mondialisation.
Parmi les personnes ayant favorisé directement les conditions de cette crise par des mesures économiques et sociales, The Guardian cite Bill Clinton, George W. Bush, Gordon Brown, ainsi que, dans le domaine de la finance, les PDG ancien et actuels de la compagnie d'assurance American International Group Inc., des banques Goldman Sachs, Lehman Brothers, Merill Lynch, Halifax-Bank of Scotland, Royal Bank of Scotland, Bradford & Bingley, Northern Rock, Bear Stearns, Bank of England, ...

Date de dernière mise à jour : 2012-03-26

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site